Les grands espaces se rencontrent

La nature comme matrice du projet
De nouvelles formes d’habitats innovants conçus autour de lieux de vie partagés
Un parc central regroupant les ouvrages de rétention paysagers, le modelé de terrain et le parcours santé
Le « bien vivre ensemble » comme objectif
Séparation affirmée entre la circulation automobile et les mobilités douces

EN SAVOIR +

Les défis d’un tel projet urbain s’inscrivent à l’échelle du site d’implantation et soulèvent la problématique récurrente du développement des villes et de leur extension : la création d’une nouvelle façade urbaine, le traitement des interfaces avec les quartiers déjà constitués et les espaces naturels ou agricoles.

Considérant les enjeux majeurs que génèrent la création de ce nouveau quartier, GAU propose une démarche de conception urbaine guidée par une mise en valeur du paysage, ainsi qu’une approche sensible et contextualisée au regard de son environnement.

Dans le cas du nouveau quartier Garenque, le traitement des limites est à considérer, particulièrement :

  • Le quartier doit être conçu comme un trait d’union paysager avec le quartier existant « Les Terrasses de la Méditerranée » et sa limite nord.
  • En contact direct avec la plaine agricole, la limite sud du quartier est constituée par la voie intermodale réalisée hors emprise.
  • Les interfaces avec le milieu naturel sont traitées avec le principe des écotones urbains.

Concevoir un quartier de l’ampleur de celui de Garenque suppose des principes structurants et une démarche conceptuelle adaptée. Sérignan-Plage possède un espace naturel remarquable qu’elle partage avec Valras : la réserve naturelle des Orpellières dont l’élément majeur, la Dune, reste unique sur le littoral et offre des panoramas lointains. Le projet transpose cette unité naturelle pour structurer le site et offrir des vues maritimes depuis la commune, pourtant éloignée du littoral. La création de cette nouvelle colline dunaire sera réalisée, en grande partie, à partir de l’ensemble des terres extraites du sol d’origine pour former les bassins de rétention, ainsi que les assises des constructions, des voiries…

L’autre composante essentielle du projet est fixée par le paysage. L’ensemble du quartier sera immergé dans une canopée d’ombrages et de couleurs. Pour entretenir la forte composante paysagère du site, l’agence propose de mettre en place un système particulièrement innovant pour la production d’eau d’arrosage, consistant à traiter, grâce à une nouvelle technologie, les eaux usées générées par le quartier pour les transformer en eau d’arrosage.

La proposition de l’agence accentue fortement les déplacements doux en les situant en « sites propres », séparés des chaussées. Chaque logement est desservi à partir de ces cheminements et le fond de parcelle devient le lien d’accueil.

Autre objectif majeur, créer les conditions optimales du « bien vivre ensemble ». L’habitat est composé pour moitié de logements collectifs (dont 60% destinés à l’habitat social) et l’autre moitié est constituée d’habitats individuels et groupés sous forme « d’atolls » et « petites maïres ». La conception de ces derniers repose sur les principes d’économie de voirie en regroupant les stationnements en entrée de hameau.

  • MISSION : cahier des prescriptions architecturales et paysagères, dossiers réglementaires, coordination architecturale, maîtrise d’œuvre des espaces publics
  • MONTANT DES TRAVAUX : à venir
  • MAÎTRE D’OUVRAGE : Sangali Maratuech
  • PARTENAIRES : à venir
  • SDP : 31,9 Ha